Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Narcoculture-France

Blog relatif aux événements et informations de la narcoculture, relatés en français

Narcoverse- GTA Online à l'heure des narcos - Nos attentes

Vous le savez sûrement, ou peut-être pas, si vous faites vous aussi partie de cette ligue d'aficionados du mode en ligne de l'Open world de Rockstar Games paru en 2013, voilà déjà 7 sept ans, mais GTA Online s'apprête à accueillir la plus grosse mise à jour de son histoire, dans un peu moins de 3 semaines. Autant dire un bel effet d'annonce vu le contenu pharaonique (et gratuit ! ; on voit qu'il ne s'agit pas d'un jeu Ubisoft) que le mode multijoueur de GTA à déjà connu dans le passé ; pour citer quelques exemples, à la volée : un éditeur de circuits, l'apparition de Formule 1, de yachts, et on se souvient tous de la mise à jour qui amenait les fameux braquages, précurseure du contenu conséquent à suivre. Jusqu'ici, la plus grosse update du mode, destiné à terme à se transformer en stand-alone (c'est à dire à s'émanciper du jeu de base exclusivement solo pour être vendu séparément) , était l'ouverture de la boîte de nuit, aventure intitulée "Nuits blanches et Marché noir", qui proposait au joueur de gérer son propre nightclub. C'est cette fois une extension de map qui est au programme, à partir du 15 décembre, de quoi intéresser un maximum de joueurs, même ceux lassés de toujours arpenter les mêmes rues de Los Santos depuis 2013. Alors que pendant ce temps GTA VI se fait de plus en plus attendre et désirer (ce jeux-là, il a pas intérêt à se louper...) sans qu'il ne pointe encore son nez à l'horizon. Et si on en parle ici, c'est bien entendu qu'il est question de narcos (rien de bien étonnant pour un GTA, me direz-vous) mais, et surtout, que la dite extension de map se déroulerait dans un cadre d'inspiration latino-américaine toute entière sous l'emprise d'un cartel de la drogue. Petite déception cependant : si San Andreas est bien connue pour être une itération de l'état californien, l'île de Cayo Perico (le nom du terrain de jeu de notre nouvelle aventure) semble être tout droit sortie de l'esprit tordu des talentueux créateurs de chez Rockstar... Un parti pris qui tranche selon moi avec l'esprit satyrique mais à la fois réaliste des GTA prenant jusqu'ici toujours place dans de grandes villes américaines aisément identifiables ; à moins bien sûr qu'on ne se donne la peine de s'inspirer de lieux existants dès lors qu'il s'agit d'Amérique latine... C'est néanmoins une belle surprise que nous offre Rockstar pour cette fin d'année, dans sa politique de privilégier systématiquement les modes online de ses jeux, avec une nouvelle aventure scénarisée à la clé, un nouveau "braquage" donc. Car évidemment on s'éloignera ici des casses de banque du jeu originel pour aller directement chercher l'argent à sa source et braquer le baron de la drogue à la tête de Cayo Perico, un certain El Rubio. Si le scénario n'est jamais le point fort des missions de GTA Online et ne sert que d'introduction ou de prétexte à quelques vannes ou au retour de personnages connus de la franchise, le braquage de Cayo Perico laissera au joueur la possibilité de le faire en solo (pour peu qu'on ait souscrit à l'abonnement en ligne de la console bien sûr). Une initiative qui, je l'ai remarqué, est salué par un nombre étonnant de Grand-Theft-Auphiles (je dépose un brevet pour le nom fissa) et qui pose donc l'interrogation suivante : pourquoi continuellement privilégier le suivi des modes online des jeux Rockstar et priver les joueurs purement solo de l'expérience ? Visiblement un nombre croissant de joueurs ont tendance à privilégier la coop au multijoueur dans le sens où Rockstar l'entends, une réflexion pour ceux-ci à l'avenir ? Après ce (léger) coup de gueule, le temps est à présent venu de vous faire montre de nos attentes pour le braquage à venir :

 

Afficher l’image source

Bienvenue à la CIA ?

 

"Trouvez un moyen de vous introduire sur Cayo Perico, l'une des îles privées les plus sécurisées du monde. Évitez ou neutralisez les agents de sécurité lourdement armés qui y patrouillent sans relâche, puis échappez-vous avec de précieuses preuves compromettantes et le maximum d'oeuvre d'art, d'or ou d'argent sale que vous pouvez transporter..." Voilà ce que nous dit Rockstar à propos du Braquage de Cayo Perico, ce qui ne laisse point de doute sur la finalité de la dite aventure, à savoir de dévaliser la chambre forte du narco. D'après les informations qui nous sont fournies ici toutefois, cela ne serait pas (seulement) dans le but d'assouvir notre soif de butin mais bien de nuire au baron de Cayo Perico pour le compte d'une tiers personne. Serait-ce Martin Madrazo, le chef du cartel du même nom, déjà présent dans les modes solo et online de GTA V ? Ce dernier nous offre déjà un nombre de missions conséquent et il se pourrait qu'il nous demande maintenant de le débarrasser d'un concurrent de choix. Mais une autre hypothèse est à considérer : il est en effet visible dans le trailer un impressionnant sous-marin (il est déjà annoncé que le joueur pourra en prendre possession) et suffisamment de bombes/torpilles à bord de ce dernier pour renverser Maduro au Venezuela. Se pourrait-il que le fameux El Rubio ait une sale idée derrière la tête ? Dans Le Braquage de la fin du monde, nous devions déjà sauver ce dernier d'un milliardaire excentrique... L'IAA (l'équivalent de la CIA dans le jeu) pourrait-il nous lancer sur la piste du narco afin de contrecarrer ses sombres desseins ? Quoiqu'il en soit, nous devrions nous la jouer comme les Expendables sur Vilena, et jouer des flingues pour infiltrer l'île, ressemblant étrangement à la côte nord-ouest de San Andreas, les palmiers en plus. L'île, dépeinte comme paradisiaque (sans plus d'informations sur sa localisation), contient des docks du cartel pour son réseau de contrebande (probablement à braquer, eux-aussi) ou encore des chapiteaux dressés sur les plages, probablement la chasse gardée de nos nouveaux DJ à recruter pour nos boîtes de nuit. Preuve qu'à Cayo Perico, on sait aussi faire la fête. On peut également voir une tour radio dans le trailer, preuve que de nouvelles stations vont apparaître sur les ondes ? On vous en parle plus bas.

 

Afficher l’image source

Joue là comme Pablo

 

Nombreux sont ceux qui m'ont fait remarquer que le portail d'entrée de l'hacienda d'El Rubio ressemble à celui de l'hacienda Napoles, propriété de feu Pablo Escobar. Ajoutez à cela que Rockstar définie l'antagoniste de nos prochaines aventures sur Cayo Perico comme étant "le plus grand baron de la drogue de la planète" et hop, il n'en faut pas plus pour que certains fassent le rapprochement avec le narco mentionné plus haut. Si vous vous attendez à voir une parodie d'Escobar dès le 15 décembre prochain dans GTA online, sachez que ce n'est pas notre avis à Narcoculture-France. Tout d'abord, parce que Rockstar s'inspire quasi-exclusivement de personnages fictifs, voire davantage d'acteurs de cinéma indépendamment de leur filmographie (Nicholson pour Trevor Phillips, Keitel et De Niro pour Michael de Santa) et qu'un sosie Del patrón sorti de nulle part pourrait choquer plus d'un joueur, à plus forte raison en Colombie oú cette partie de l'histoire du pays est toujours sujettes aux tensions les plus exacerbées. Ensuite, parce que tout comme dans le cinéma, la plupart des studios de jeux vidéos (sauf Ubisoft) ont tendance à privilégier des personnages à la peau claire ou afro-américains plutôt que de se calquer au plus près sur la réalité. Preuve nous est donnée ici avec le baron de la drogue rencontré dans la campagne de GTA V, Martin Madrazo, et son air de dandy portugais roi du béton shooté à l'ecstasy. Bien loin de livrer un personnage crédible, Rockstar a préféré tourné son narco en dérision et lui donner un côté funky. On aime ou on aime pas, mais au moins ça a le mérite de ne pas choquer grand monde. On ressent de toute façon dans toutes les productions de la firme étoilée l'inspiration que puisent ses scénaristes dans le cinéma, surtout celui des décennies 70, 80 et 90 et Pablo Escobar n'entre pas vraiment dans ce schéma. De plus, El Rubio, le blond (pseudonyme que ce partagent certains narcos comme le frère de Rafael Caro Quintero), devrait porter à l'écran un personnage à la peau plutôt clair (machiavélique et distingué, comme dans le pire de la pop-culture ?) semblable à ce que l'on voit dans les films de cette époque. Un détail toutefois contraste cet argumentaire : on peut voir dans la somptueuse hacienda du narco, des statuettes et des têtes de chevaux empaillés dans son bureau. Une fois le souvenir attendri de la scène du parrain 2 passé, force est de constater que cela apporte véritablement du crédit au personnage, la plupart des grands barons de la drogue entretenant une passion sans borne pour l'art équestre. Une tradition du Sinaloa notamment consiste à faire danser les chevaux, c'est à dire à les faire marcher au pas au rythme de bandas. Il se pourrait donc tout compte fait que le narco de Cayo Perico possède bien quelques traits communs avec ses homologues dans la réalité, mais cela devrait selon nous se limiter à quelques détails. Une autre hypothèse est à envisager cependant, celle du retour d'un personnage connu de la franchise pour incarner ce mystérieux baron. Un tel clin d'œil ne serait pas entreprise inédite, puisque Gay Tony, l'un des personnages principaux de l'extension de GTA IV "Ballade of Gay Tony", faisait son retour dans l'une des mises à jour précédentes, "Nuits blanches et Marché noir"... Et il se trouve que l'un des jeux de la franchise traitait plus spécifiquement de ce marché de la drogue, GTA Vice City, et son ambiance à la Scarface. Personnellement je n'ai pas fait le jeu, mais ce dernier prenant place dans les années 80, on peut aisément imaginer qu'un des personnages, de celui que l'on incarne au truand lambda du scénario, ait pu devenir après tout ce temps et après avoir survécu au déferlement de règlements de compte inhérents à la trame de tout bon GTA,  "le plus grand baron de la drogue de la planète". Oui, mais alors " ce ne serait pas un peu cruel d'exhumer ici un survivant de Vice City pour le malmener dans une extension de GTA Online ?", me direz-vous. Sûrement, mais Rockstar n'en est pas à son coup d'essai. On se souvient tous de ce qu'il advient de Johnny le biker des Lost de GTA IV et de l'extension qui lui est dédié, "The Lost and Damned", dans GTA V... Sa mort à la fois expédiée, ridicule et inutile... Sans compter que ce n'est probablement pas un destin funeste qui attend notre mystérieux El Rubio puisque notre braquage a pour finalité de récolter "des dossiers compromettants" sur son compte. Alors, pourquoi les amigos et ragazzis de Tommy Vercetti ne seraient pas de la partie ?

 

Afficher l’image source

 

 

Afficher l’image source

 

 

Es el movimiento alterado sinaloense... Cabrón !

 

Afficher l’image source

 

Rockstar à déjà communiqué, après avoir teasé l'extension de map il y a quelques semaines via le clip intégralement tourné dans le jeu d'un certain Gorillaz (à moins que ce dernier n'ai joué d'un heureux hasard ?), sur l'ajout de plus de 100 nouvelles chansons et pistes audio disponibles via la mise à jour. "Sur les stations de radio qui viennent d'arriver sur les ondes", je cite là le communiqué de la firme étoilée. On est donc en droit d'affirmer, d'après les informations dont nous disposons, que des nouvelles stations de radio feront prochainement leur apparition, comme cela s'est déjà vu dans le passé via de précédentes mises à jour. En outre, de nouveaux DJ et nightclubs seront de la fête, sans mauvais jeu de mots, mais ce sont ces dernières qui nous intéressent ici. Ces nouvelles radios devraient être uniquement disponibles, pour certaines d'elles, on table ici sur un nombre d'au moins 3 nouvelles stations inédites, lors de nos pérégrinations sur Cayo Perico, ce qui présage d'un terrain de jeu relativement important par la taille. Une fois de retour à Los Santos, celles-ci ou au moins certaines d'entre elles ne devraient plus être accessibles étant hors du portée du signal de diffusion afin de renforcer l'immersion et la spécificité de l'île de Cayo Perico. Cela est d'ailleurs déjà visible sur la station de talk-show de Blaine County, seulement audible dans la partie Nord de San Andreas, disponible dans le jeu de base depuis sa sortie. On peut donc en déduire les sonorités que joueront ces nouvelles radios, chacune d'elles dépeignant traditionnellement dans les jeux de la franchise un genre musical qui lui est propre. Ainsi, si on peut penser qu'au moins une d'elle devrait ravir les teuffeurs avec de la musique de club/électro, en lien avec le monde de la fête que souhaite en partie dépeindre cette extension (de telles stations sont déjà présentes dans le jeu de base) les autres quant à elles devraient nous ravir de sonorités typiquement latino. Pour une île paradisiaque sous l'emprise d'un cartel de la drogue, qu'elle se situe dans les Caraïbes, au large de la Californie ou de Baja, c'est la moindre des choses en effet. Une station de radio mexicaine est déjà audible dans ce GTA, mais elle diffuse des genres héclectiques et sans réel rapport entre eux, si ce n'est l'origine mexicaine de leurs auteurs. De plus, elle est la seule à ne pas avoir reçue de nouveaux titres lors de son passage sur la génération PS4/ XBOX One, une remise à niveau est donc plus qu'envisageable, comme l'apparition d'une concurrente à celle-ci. Une nouvelle station dédiée au rap latino (une première !) voire même aux narcocorridos, étant donné le thème de l'extension, pourraient être de la partie à cet effet. Rockstar à toujours eu à cœur de parodier les errements de nos sociétés et quoi de mieux pour illustrer l'exubérance et la toute-puissance de certains barons de la drogue que les narcocorridos ? Avec parfois l'absurdité et les paradoxes qui en découlent...  A noter que l'on peut déjà entendre Los Tigres del Norte sur la dite station mexicaine, East Los FM, et même un corrido de l'excellent groupe Los Buitres de Sinaloa. Toutefois, et même si les jeunes petits occidentaux préféreraient sûrement de la musique de métal punk ou le même sempiternel gangsta rap américain, il serait opportun pour les développeurs de Rockstar de ne pas laisser de côté l'une des minorités les plus importantes de leurs pays et de l'état de Californie (État où est censée se dérouler l'action du jeu). La commu hispano plébiscite de nouvelles radios, étant donner l'absence injustifié de certains genre comme le reggaeton pourtant présent dans GTA 4 via la radio d'inspiration portoricaine San Juan Sounds, un style de musique pourtant en vogue dans le monde entier. Et ce alors même qu'on doit se taper leur foutue musique de clubbeurs abrutissante à tout bout de champ sur les ondes de Los Santos... De plus, la clique des Sean Paul et des Daddy Yankee collerait parfaitement à cet esprit de fête et d'exotisme présent sur Cayo Perico. Cela dit, il ne faut pas omettre que cette dernière est sous l'emprise d'un cartel de la drogue, et qu'on y va pour en découdre avec le parrain local... Ce qui permettra (on l'espère) à Rockstar de s'éloigner de la simple satyre des Etats-Unis pour s'emparer d'autres sujets, notamment la main mise des narcos/de la mafia sur leur territoire. On espère donc voir arriver, en plus du reggaeton, des corridos typiquement mexicains, même si ceux-ci ne devraient évidemment pas traiter de réels barons de la drogue. Mais des corridos tumbados (sur l'usage de stupéfiants) ou même certains alterados évasifs seraient envisageables, on rappel que ce genre musical n'est pas prohibé aux États-Unis ni dans la plupart des états mexicains. On pense à des titres comme Rolling One de Lenin Ramirez, El Taquicardio d'El Komander ou Maton de Calidad de La Edicion de Culiacan. Pour le rap, je ne connais bien que Cartel de Santa, El Makabeliko del Comando Exclusivo de chez Del Records, et C-Kan. A noter que ce dernier se faisait déjà entendre dans un DLC (payant ce coup-ci) de Tom Clancy Ghost Recon Wildlands  en même temps là aussi que de nouvelles musiques electro ; un DLC qui traitait des narcos, des sports extrêmes et de la fête...On demande à voir !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article